20 avril 2017

San Pedro d'Atacama

Et oui une envie folle de réactiver ce blog et de parler de mon voyage dans l'altiplano qui date, quand même, de Septembre 2016....ah l'altiplano, j'y meurs à chaque fois et j'y retourne toujours avec autant de bonheur (mais pas de plaisirs!).....Bon il semblerait que j'ai trouvé la formule parfaite pour moi....j'ai survécu merveilleusement bien (mieux plutôt on va dire) cette fois-ci....

Alors commençons par cette étape, disons, indispensable : San Pedro d'Atacama !
 
Il s'agit d'une ville totalement mais totalement touristique mais alors vraiment rien d'authentique ! Bien que je ne l'avais pas appréciée la première fois. Cette fois-ci fut tout autre....il faut dire qu' à Calama (éviter mais alors éviter cette ville !), nous nous sommes faites voler tout mais tout et arnaquer....et terminer à la police...bref un début de séjour pas top !

Mais bon cela reste une ville traditionnelle…..

Bon j'ai trouvé ma dose de feuilles de coca dans ce marché. indispensaaaaaaaaaaaaaaable

Cette ville se situe à 2470m...de quoi faire respirer les méninges entre 2 sorties à 4000 mètres

Et nous avons logé dans un hotel bien sympathique pendant 2 nuits (il faut dire que les prix à San Pedro restent exhorbitant pour un minimum vital!) : Hostal Eden Atacameño (Toconao 592)
suite......

30 juillet 2016

Sucre : une ville traditionnelle magnifique

Comme toute ville, elle possède sa place principale : 25 de Mayo (date du début de l’indépendance de la Bolivie)

et ses autres places tout aussi belles

Ses rues assez étroites avec des trottoirs minces quasi inexistants tout un plaisir à s’y perdre

Et les édifices ! J’avais déjà vécu ce moment à Iquique : prendre des photos à chaque coin de rue. Les batiments sont magnifiques. Ils datent en grande majorité de l’époque coloniale.


Et comme le montre le dernier édifice avec de magnifiques balcons
et maintenant vous voyez bien pourquoi Sucre est la ville blanche par excellence !
même de nuits ! elle reste une ville bien blanche et superbe

Fin de ma visite de Sucre

19 juillet 2016

Les restaurants et hotel de Sucre

Vu que notre séjour a duré une semaine, nous avons eu le temps de bien manger (oui nous n’avons jamais été déçu de nos plats) et de bien dormir !

Alors voila ma liste de restaurants conseillés


- Le restaurant Augustu’s (43-46, Calle San Alberto) nous propose un buffet à volonté avec une soupe, un plat et un dessert à 60Bls mais vraiment les plats sont immenses…d’ailleurs, nous n’avons pas pris de soupe et n’avons pas fini le plat…peut-être un repas pour deux est à conseiller !
- et le Florin (Bolivar 567), un bar bien sympathique ou vous pourrez manger du lama (une viande pas si pire) et boire de la coca (bon très touristique sur le fond)



- Le restaurant Pekin (Calle Destacamento 111 N° 379), il porte vraiment mal son nom, très typique très BBQ avec un chouette assortiment de viandes et toujours accompagnées de patates (qu’elles furent bonnes à Sucre) et peu touristique, je n’ai pas trouvé de lien internet
et le Condor (102 Calle Calvo), un restaurant végétarien pour équilibrer ! Il y a beaucoup de végéréstaurant dans la ville et vraiment tout tout tout bon et pas trop cher (moyenne 20 Bls)

Bon nous avons fait un restaurant italien, le Papavero (Calle Grau 485). Il faut dire que leur menu du midi est tendance bolivien (beaucoup de quinoa frais et pas cher (26Bls pour tout, cf le lien pour voir celui du jour)). Il se situe dans un superbe édifice en rénovation et vraiment les pièces sont superbes!
et un restaurant typique bolivien, énorme comme les plats : el Rolos (Plza.J. de la Mar 32-42 ). Il est totalement excentré mais pour un picante de langue. cela en vaut la peine (bon je n’ai pas tout manger, c’était énooooorme)


Nous sommes, bien sur, retournés au marché pour y manger. La salle à manger se situe en haut et je regrette de n’avoir pas abusé de cet endroit…gouter à tout…mais la soupe d’arachide fut un régal sisisis…


et le dernier restaurant, origenes, est comme nous les appelons si bien, un attrape-touriste, environ 100Bls la soirée (spectacle, repas, boisson et les photos –20Bls pour avoir le droit de prendre des photos). Mais bon à la fin, nous n’avions pas été déçus. Après avoir visité tant de musées folkloriques, tant de théories, nous avions enfin la pratique, toutes les danses se déroulaient devant nous. Alors je vous dirais, oui réserver et passer du bon temps quand même !

Et pour terminer mon voyage à Sucre, qui fut fantastique, je vais vous parler de mon hôtel. Après tout, l’hôtel est si important pour que tout se passe bien (surtout durant 7 nuits !!)…et bin je n’ai à redire et je vous le conseille fortement :


Fin de mon voyage à sucre…..et j’en reviens plus qu’heureuse !!

06 juillet 2016

Les petits plus de Sucre

Nous les avions remarqués durant le fameux défilé des fonctionnaires et il a fallu attendre une journée non congés (soit vendredi) pour les voir à l’œuvre.



des zèbres…des zèbres partout. Il s’agit d’une association qui apprend aux gens le savoir vivre surtout au niveau des passages cloutés (d’ou leur zebriture). Ce jour-ci fut la fêtes des mères et toutes les femmes eurent droit à leur bonjour ! et ce geste du savoir bien vivre, bien conduire se retrouve un partout surtout le pare-brise d’une voiture contrevenante


oui les traditions sont assez fortes à sucre et en bolivie en général. Il faut dire que cela touche à tout…mais à tout

En tout cas cette ville est bien riche et reste d’une grande interactivité
vous aurez de quoi lire à chaque coin de rue (définition des rues, poèmes, plaques historiques et indicatives)

01 juillet 2016

Les monuments religieux de Sucre

Bolivie est un pays ultra-religieux. C’est simple il y a 365 jours donc 365 saints à fêter, et cela danse partout dans ce pays !

A Sucre il y a environ 24 églises, cela reste tout un jeu de les trouver et surtout de les visiter (les portes sont souvent fermées, je dirai hélas pour une tradition que se perd de plus en plus)
Alors voici celles/ceux (car il y a aussi des monastères et temples) que j’ai réussis à capter!
  El Templo de la merced (1630) : ce temple est actuellement en rénovation et vous demande de payer 10 Bls pour les aider. Avec le mirador et les merveilles à l’intérieur, cela en vaut le prix.

 Iglesia San Felipe de Neri (1799). Son couvent et sa crypte se visitent (article ici)

et les monuments qui n’ont pas pu être visités
 la iglesia Santa Clara (son couvent et son musée - 1918) et Maria Auxiliadora (1619)
 et pour finir la Recoleta (début 1601), la parroquia san lazaro (début 1538), Iglesia santa monica (début 1574). 
Oui, il n’y a que des dates de début, car ces monuments sont habités et ont vécu beaucoup de phases d’agrandissement et cela n’est pas terminé !
Et comme vous pouvez le voir, il ne s’agit que de la moitié ! Je vous souhaite une bonne chasse alors !

28 juin 2016

La fameuse semaine du 25 Mai à Sucre

Cette semaine est assez chargée en Bolivie mais surtout à Sucre. il y a beaucoup de jours fériés, beaucoup de défilés pour fêter les collégiens, les fonctionnaires, l’armée et le 25 mai célèbre celui de 1809 et la Revolution de Chuquisaca (ancien nom de Sucre, qui en a eu 4 au total : Choquechaca jusqu’en 1538 (arrivée des espagnols), La Plata (1538-1776, durant la vice-royauté du perou), Chuquisaca (1776-1825))

La première journée




La 2eme journée


Mais au milieu de tous ces défilés se déroulent le magnifique et succulent festival du chocolat


aussi étrange que cela puisse paraitre, Sucre est la capitale su chocolat (une petite explication par ici, hélas en espagnol), alors ne nous privons pas. Surtout que l’originalité est la bien. Des plats salés (comme sandwich wonk tonk) en sauce chocolat, un délice.
et le 25 mai celui du chorizo ! J’ai vraiment aimé leur saucisse, toute épicée !

24 juin 2016

Une journée de balade et de musées éthnologiques

Malgré le temps mi-figue/mi-raisin, nous avons décidé de marcher vers Recoleta et son fameux mirador. Nous sommes partis de la place 25 mayo, pris la calle Calvo,


rencontré des tonnes d’églises (un prochain article) et avons même grimpé par moment….et avons assisté à ce magnifique spectacle le matin et mème le soir (oui nous y sommes retournés pour le coucher de soleil)


Il s'agit du monastère de la recoleta (ou Santa Ana de Montesión, 1585). Bon. il y a un musée sur la place que nous n'avions pas eu le temps de visiter : le musée de la recoleta
et bien sur, nous avons pris le fameux café sur Sucre…. Tout un spectacle reposant

Après avoir pris de la bien bonne énergie, nous sommes allés dans le musée le plus important de Sucre : ASUR (Fundación Antropólogos del Surandino)(314 Pasaje Iturricha).

Donc après avoir traversé le petit chemin de boutiques, nous nous sommes retrouvés sur une magnifique rue descendante avec un hôtel et en face le fameux musée.


Il est vraiment magnifique et important : 4 salles au total nous expliquant les arts indigènes boliviens et les danses associées. Les photos sont interdites à  l’intérieur donc toutes les photos (à part l´entrée du musée) viennent de la boutique. Elles montrent vraiment ce que nous avons admiré dans le musée



la visite peut durer bien 1h30 et tout un voyage dans le temps !
Nous sommes redescendus par la calle san alberto à la recherche du caseron de la capellania et nous sommes tombés sur un autre musée : le musée d’art textile (CETUR). C’est simple, il n’y a pas de page sur le net ou il est souvent confondu avec le ASUR (Cf. plus haut.
CETUR : (11 Bls et un prix pour prendre les photos 8 Bls). Nous avons été accueillis par une fille toute timide bien sympathique.
et encore une bien belle découverte, tout y est bien explique avec 5/6 salles avec des thèmes bien précis


une bien belle expo des arts ethniques. Surtout ne passez pas à coté sans rentrer !

17 juin 2016

Sucre et ses musées (acte 3)


Nous avons commencé par le musée universitarios Charcas (15Bls). Ce musée regroupe deux grands parties : le musée anthropologie et un musée d’art contemporain.


Ici je ne peux vous montrer que le musée anthropologique car les photos furent interdites dans le second. Ils se divisent, grosso modo en 3 salles


Alors, juste avec les pièces du batiment, nous sommes projetés dans le temps. Car il s’agit d’un musée universitaire sans modernité aucune, avec du bois qui sent et craque.
La salle 1 renferme toute la collection de poterie, la salle 2, de pierres (et leur utilisation, ustensile, arme etc) et la salle 3 (ma préférée) les différentes ethnies. Tout est classé par chronologie

vraiment que cette salle 3 reste mon coup de coeur. 
La visite peut se faire en une heure.

et le 2eme musée visité fut plus religieux avec un guide bien privé : le musée de san Felipe Nery (15 Bls). C’est un musée assez bizarre à visiter car il s’agit avant tout d’un collège pour filles contrôlées par 4 nonnes qui sont assez anti-tourisme mais bon avec beaucoup de sourire et de respect, nous passons.

Et ce musée vaut surtout pour deux choses


Son mirador et sa crypte (le haut et le bas), vraiment une bien belle vue de la ville et du collège. Les différentes chapelles traversées sont assez sympas et les différentes peintures racontent de nouveau une histoire, celle de san felipe et de la Bolivie. La visite a quand même duré 1 h.
Je vous parlerez plus tard de son église mais aussi des autres…beaucoup d’autres !

14 juin 2016

Sucre et ses musées (acte 2) : La casa de la Libertad


 Il s’agit de la maison la plus importante pour la Bolivie. 
Ici c’est décidé la libération de cette nation, ici c’est proclamé la guerre d’indépendance contre les espagnols le 6 aout 1825. (d'ailleurs, le premier cri d’émancipation en amérique latine)


La casa de la libertad se visite bien (15 Bls)(Plaza 25 de Mayo #11) et possède de très bons guides (il n'y a pas d'horaires alors vous devez vous rajouter au groupe à n'importe quelle salle).

Ce musée se divise en 4 salles


La salle 1 regroupe la période hispanique, la salle 2 montre la forte influence jésuite. Les jésuites ont beaucoup apporté aux boliviens, peut-être beaucoup trop, car ils furent expulsés en 1767 (la sanction pragmatique) par Charles 3



La salle 3, qui se juxtapose à la salle 2, montre que ce bâtiment, après l’expulsion des jésuites, est devenu une université de droit (3). Dans cette pièce, ce faisait la titularisation. Mais aujourd’hui, elle renferme les héros boliviens (1) et surtout une copie de l’acte de indépendance (2).



la salle 4 renferme les phases de la guerre d’indépendance et surtout célèbre la grande combattante pour la liberté de Bolivie : Juana Azurduy. Et la salle 5, le résultat de cette liberté trouvée : tous les présidents et certaines de leurs affaires personnelles.
Vraiment une bien belle visite de 1h30 avec un guide compétent